DAVID ET GOLIATH

david-versus-goliath

Siuol, Johanne et Pierre, leur conseiller, se retrouvent encore une fois sur une terrasse de la rue Saint-Denis pour une petite réunion informelle.

La conversation va à bâtons rompus car l’équipe est en avance sur son plan de travail. Beaucoup d’entrevues avec des clients et des fournisseurs sont déjà en « cans ». Il reste les témoignages avec les membres de la direction et certains employés. Siuol a voulu se les garder pour la fin, histoire de se faire la main pour sortir le bon « jus » de ces derniers. Tous trois réalisent que cette opération est fortement du contenu de marque et pas du pur marketing de contenu.

Ces deux orientations sont assez différentes. Dans l’approche du contenu de marque, l’entreprise est omniprésente alors que dans le MdC, elle est « omniabsente ». La grande différence est que la première démarche sera surtout utile à l’entreprise alors que le MdC doit impérativement être utile aux autres. Les exemples de marques utiles ne manquent pas : Google, Facebook, Michelin, Red Bull, etc. Elles sont utiles à des millions de gens et elles ne coûtent rien à l’usagé primaire. Peu d’entreprises peuvent s’approcher de ce modèle à cause de leur nature même, mais nous devons retenir l’objectif capital de toute entreprise dans l’élaboration de sa stratégie de marketing : être utile avec la plus grande visibilité possible dans son marché spécifique.

Pierre raconte qu’il est très occupé cette semaine car il est conseiller sur la production d’une émission sur le marketing de contenu qui sera produite et diffusée le 9 juin 2017 par l’Institut FORMAT. Les invités de cette émission sont Arnaud Granata, Pascal Henrard, Patrick Pierra et Carl Charest. L’enregistrement se fait dans les studios de FORMAT situés au centre-ville de Montréal.

Johanne souligne qu’elle connaît bien Granata d’InfoPresse, lequel est vraiment « la » référence ici dans l’univers des communications et qu’ils organisent des Webinaires sur une base hebdomadaire. Elle ajoute connaître aussi les coauteurs du Guide du marketing de contenu, la bible sur le sujet au Québec. Par contre, elle avoue qu’elle ne connaissait aucunement le nom de Carl Charest.

Pourtant, précise Pierre, c’est vraiment un king du MdC, des réseaux sociaux et de tout ce qui a trait à la diffusion sur le Web.

Siuol ajoute que l’expertise cumulée de ces invités fait vraiment le tour de la question sur le marketing de contenu.

– Qu’est-ce que FORMAT vient faire dans le marketing de contenu questionne Johanne? C’est plutôt une firme spécialisée dans la formation des porte-parole médias depuis trois décennies. J’ai l’impression qu’ils veulent sauter dans le train en marche et profiter de la vague de popularité du MdC.

– Oui et non, rétorque Pierre : d’abord, préparer des personnes pour affronter les médias, c’est aussi aider les gens à mieux communiquer devant les caméras. Si une entreprise veut devenir le média de sa marque, elle a intérêt à s’assurer que ses animateurs, interviewers et présentateurs à l’interne sont à l’aise devant les kodaks.

Siuol note qu’il a déjà pris contact avec cette firme pour justement leur donner un mandat dans ce sens.

Pierre raconte qu’il y a plus de cinq ans, cette boîte proposait déjà à des grandes organisations comme Hydro-Québec, la SAQ et même la Sûreté du Québec, une application pour les aider à préparer des contenu dans le but de devenir le média de leur marque.

Et alors? Questionne Johanne.

Ça n’a pas marché, précise Pierre, car c’était beaucoup trop tôt et pas envisageable pour ces grandes entreprises d’être des diffuseurs de leurs contenus. Ils avaient peur d’être taxés de se substituer au travail des médias traditionnels.

– Aujourd’hui, ce n’est plus vraiment le cas, commente Siuol.

– Johanne note que si les grandes organisations ne deviennent pas le média de leur marque, qui le fera!!! Comparé à nous, si une petite firme comme FORMAT se permet de produire une émission télé, il est temps pour nous qu’on déguidine!

Pierre précise que David a toujours eu sa place au combat et notamment il a l’avantage d’agir vite s’il y a des opportunités.

Cet article fait partie d’un feuilleton hebdomadaire sur le marketing de contenu.

Cette série a débuté en janvier 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s